Histoires de Conducteurs

Parlez ici de l'actualité et discutez du chemin de fer.
19 sept. 2015
13:43
 
 
jean marc X4500
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

:D Trop fort Vinces!! Par contre moi on me prend pour un cheminot!
Mais j'aime bien repérer les conducteurs lorsqu'ils sont en voyageurs et discuter avec eux. :wink:

20 sept. 2015
11:41
 
 
AD.Bill
Nouveau Membre

Re: Histoires de Conducteurs

B'jour à tous
Vinces a soulever un "petit" problème. L'habillement au travail. Discret ou pas? Météo sur deux jours? Quels engins conduire? Quel type de train? Etc....
Et je suis entièrement d'accord avec lui sur la discrétion et la qualité de l'habillement lorsque l'on fait des voyageurs, quels qu'ils soient! Les clients sont suffisamment perspicaces pour vous remarquer très vite (et venir vous voir selon leurs besoin). Par contre au Fret c'est la protection du bonhomme qui compte: Météo et crasse du matériel.

Tailler une bavette avec certains des voyageurs n'est pas interdit et de plus, bien souvent bénéfique aux deux parties.
* Je me souviens ainsi d'un papi (agé le papi) qui voulait tout savoir sur un 67400. Il avait été ingénieur chez Panhard !!
* Je me souviens aussi d'une dame qui en soirée s'est trompée de train en Gare du Nord se retrouva en direction de Crépy en Valois au lieu de Chantilly !! J'étais "en voiture" Crépy pour un Fret Le Bourget. Bigre la ville ou la nature c'est au choix! Autre choix, Madame, je vous ramène au Bourget sur la 17000? OK, alors on y va.

Bill

20 sept. 2015
23:10
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

AD.Bill a écrit:...
* Je me souviens aussi d'une dame qui en soirée s'est trompée de train en Gare du Nord se retrouva en direction de Crépy en Valois au lieu de Chantilly !! J'étais "en voiture" Crépy pour un Fret Le Bourget. Bigre la ville ou la nature c'est au choix! Autre choix, Madame, je vous ramène au Bourget sur la 17000? OK, alors on y va.

Bill

Ca me fait penser a une autre anecdote qui m’était sortie de l'esprit;

Un jour que je faisais la réserve TGV a Paris-Lyon (on ne parlais pas encore de la réalisation de la LGV Rhin-Rhône), on m'envoie assurer le dernier TGV pour Besançon qui était sans conducteur, mais je devais impérativement revenir à Paris pour la suite de mon roulement (planning). Me voici donc parti pour Besançon et a l'arrivée, le chef de service m'avise qu'il n'y a plus de train pour Paris, que le dernier TGV pour la capitale part de Dijon mais que le prochain TER arrive a Dijon après le Départ du TGV.

Là je me dit que pour rentrer, c'est pas possible, j'appelle donc le Permanent équipe pour lui signaler le problème en me disant que j'allais passer la nuit a Besançon et qu'il avait du s'en apercevoir. En effet il avait vu le soucis et avait pris les devants
- Pas de problème, tu vas au dépôt de Besançon, il y a une 26000, tu la prends et tu montes HLP a Dijon, tu la laisseras en gare on l'a fera rentrer au dépôt plus tard, tu auras donc le temps de prendre ton TGV pour rentrer.
Comme quoi, parfois, ça fonctionne pas trop mal .
Je prépare donc la Machine et je m'annonce en sortie du dépôt
- Ok, tu circuleras avec la marche xxxxxxx jusqu’à Dijon, mais tu auras une passagère, l’hôtesse du bar de ton TGV désire aussi remonter sur Paris, peux-tu la prendre avec toi ? elle attends le Ter mais elle va rater son TGV
- Pas de soucis

Je monte en gare voyageur et je m’arrête juste en face d'elle, avec sa tenue je ne pouvais pas me tromper
- C'est vous qui attendez un train pour Dijon
Là elle est un peu surprise, elle attendait autre chose (le TER)
- Oui
- alors montez, je vous enmène

Grosse surprise de la demoiselle qui ne sait pas comment réagir
- C'est moi qui est decendu le TGV sur lequel vous etiez, mais nous n'avons rien d'autre si on veut rentrer sur Paris, le TER arrive trop tard pour le TGV
- ...... ha

Elle regarde la machine
- ... par où on monte ?
- par la porte, je vous ouvre

Elle s'installe en cabine, plutot curieuse de ce qu'elle découvre
- C'est la première fois que je monte dans une locomotive me fait-elle
- moi aussi
nouveau moment de surprise
- mais vous savez conduire ça aussi ?
- ne vous inquiétez pas, il y avait un manuel qui trainait, vous me le tirez au fur et a mesure, on va y arriver

Là je me souviens l'avoir vu pâlir
- Non je vous fais marcher, les conducteurs ne commencent pas directement sur TGV, et je connais cet engin, ne vous inquiétez pas, nous serons a Paris ce soir avec le TGV de Dijon.
(J'ai toujours aimé faire "marcher" les gens) 8-)

Durant le trajet, après un temps d'observation, elle a posé pas mal de question certaine très pertinentes sur la circulation des train
ex Conducteur TGV - jeune retraité

21 sept. 2015
00:08
 
 
Avatar de l’utilisateur Francomtois 64
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Toujours très intéressant tout ça :)
PIERRE. Francontois d'origine Bearnais d'adoption supporter du FC SOCHAUX

http://www.youtube.com/user/francontois64?feature=mhw4

23 sept. 2015
04:03
 
 
Avatar de l’utilisateur TER200
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

AD.Bill a écrit:* Je me souviens aussi d'une dame qui en soirée s'est trompée de train en Gare du Nord se retrouva en direction de Crépy en Valois au lieu de Chantilly !! J'étais "en voiture" Crépy pour un Fret Le Bourget. Bigre la ville ou la nature c'est au choix! Autre choix, Madame, je vous ramène au Bourget sur la 17000? OK, alors on y va.

Bill

Tu lui as offert un tour de manège ? :lol: 8-)
Gleis fünfundreissig, téheuhère-deucents nach Mulhouse, Strassburg...

24 sept. 2015
13:11
 
 
JLJ
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Temps béni où celui en charge de sa machine pouvait décider ou non de faire sa BA.
Pas certain qu'aujourd'hui, il ne soit pas nécessaire d'y réfléchir à deux fois...
J-Luc.

24 sept. 2015
14:23
 
 
CC 7110
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

....Bonjour,

Je ne sais si c'est sur ce forum que je l'avais déjà écrit, mais depuis ma retraite, je n'ai pas remis pied dans une cabine de conduite, hors portes ouvertes, ou expos.

Non pas que l'occasion m'en ait manqué, mais compte tenu des heures passées en tête des trains, ce serait "dramatique" qu'un collègue soit victime d'une "connerie" pareille.
Effectivement, si l'affaire devait tourner "au vinaigre", de mon coté j'en accepterais le "risque" , mais le conducteur ne s'en sortirait pas aussi facilement, comme à l'époque, où, la plupart du temps, une bonne enguelade, ou une couverture bienveillante de la haute hiérarchie concluait l'affaire.

L'accélération des trains, et leur vitesse étaient moindres, et la présence des aides-conducteurs, encore fréquente sur les trains ne transportant pas de voyageurs, s'avéraient être une forme d'habitude précieuse au conducteur pour gérer la présence d'une tierce personne en cabine..Le contexte a bien changé .

Ma première expérience de voir une personne embarquer avec nous en cabine remonte vers la toussaint 1971.
J'étais stagiare, en formation, et le matin très tôt, étions allés livrer une rame à la cimenterie de Boussens, (Hte Garonne, sur la ligne de Tarbes), depuis le triage de St Jory, (Toulouse).

Retour haut le pied depuis la gare où le chef de service nous demanda d'accepter une voyageuse déjà agée, descendue de la Haute Ariège.
Tout de noir vêtue, un peu perdue, elle se rendait à des obsèques, et comptait sur un train dont l'arrêt avait été supprimé depuis le nouveau service d'"hiver".

Une fois grimpée avec difficultés en cabine par les marchepieds, elle manifesta son étonnement de se voir proposer le petit siège rabattable, en forme de mini selle, qui équipait la BB 4200, (ex Midi de 1934, je crois,?).
"Pas très confortable" murmura t elle.

Evidemment, nous ne l'avons jamais revue, ni ne saurons jamais si nous lui avons permis d'assister en temps voulu à la cérémonie.

Des histoires comme ça, il y en eu des quantités....!

A bientôt !

24 sept. 2015
20:27
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Nous sommes d'accord sur un point, les règlements actuels sont surtout rédigés dans le but d'ouvrir le parapluie, parfois a voir sa taille ça tient plus du parasol, mais ces règlements ont malheureusement une conséquence celle de déshumaniser nos comportements
ex Conducteur TGV - jeune retraité

25 sept. 2015
10:14
 
 
Avatar de l’utilisateur tram21
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Vinces a écrit:Nous sommes d'accord sur un point, les règlements actuels sont surtout rédigés dans le but d'ouvrir le parapluie, parfois a voir sa taille ça tient plus du parasol, mais ces règlements ont malheureusement une conséquence celle de déshumaniser nos comportements


un parasol ? je dirais plutôt un barnum de forain ! :roll:
la logique et le chemin de fer sont deux choses bien distinctes qu'il ne faut pas mélanger

ImageImage

25 sept. 2015
11:40
 
 
JLJ
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Bonjour,
Parapluie, parasol, Barnum, voir abri anti nucléaire style Taverny... Avec le "saint" principe de précaution nous sommes tombés dans l'aseptisé à outrance : surtout pas l'ombre d'une responsabilité à devoir assumer à l'horizon. Mais par contre cela arrange grandement certains de garder la feuille de paye de "responsable"...

Il n'y a pas si longtemps, j'étais membre d'une commission dite de "maintenance" dont le but officielle était d'aplanir les nombreux non sens et impasses administratives qui entravaient (et continuent) d'entraver l'activité quotidienne. Sur un problème spécifique, quelle que soit l'approche adoptée, c'était une aberration couteuse et sans l'ombre d'un plus pour la sécurité. J'avais donc recentré en demandant que l'on en revienne à la logique de base, à l'ancienne : laisser fonctionner le bons sens et appliquer la conscience professionnelle de chaque acteur de ce quotidien. Le fonctionnaire "responsable" déclara "qu'il était d'accord, mais qu'il fallait au préalable pouvoir quantifier le bon sens !"
L'esprit taquin que je suis lui fit remarquer qu'un certain DESCARTES, (celui là même qui conduisit au fondement de la pensée à la française), avait dans le préambule de son célèbre et universellement connu "Discours de la méthode", écrit que le bons sens était à priori la chose la mieux partagé au monde...
Ce "Monsieur" venait de nous faire la brillante démonstration qu'il avait raté le jour de la distribution.
L'Administration nous sortit une autre usine à gaz en surcouche et, pour elle, tout était parfait dans le meilleur des monde : Elle avait bien œuvré pour le bien de la nation !
J-Luc.

28 sept. 2015
14:02
 
 
Avatar de l’utilisateur tram21
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

une petite histoire, apprise d'un mécano du Mans, il y a longtemps :

L'époque : 1975.
Le décor : une des gares entre Le Mans et Chartres, peut-être La Ferté Bernard, ou Connerré-Beillé.
Le train : un semi-direct Le Mans - Paris-Montparnasse
Le matériel : une UM de Z 3700, alias les "Budd".
Les circonstances : l'été, il fait beau, et il y a un RVB sur la voie 2.

Notre train s'arrête, en arrivant tout doucement, puisqu'un RVB sur la voie 2 impose une LTV à 30.

Les marchepieds se déploient, les voyageurs descendent, d'autres montent, le chef de train prend quelques bagages et écritures dans son compartiment fourgon, et le chef de service donne le coup de palette : départ.

Le chef de train referme ses marchepieds et ses portes et... ding, ding... Départ !

Sauf que ça part pas !! Et M........ dit le mécano, kesskiya encore a cette sale bête !

Plongeon dans le guide de dépannage, page après page, vérification après vérification, le verdict est : absence de tension en ligne (petite précision : les Budd, dont un exemplaire se trouve au musée de Mulhouse, sont dépourvues de voltmètre ligne et n'ont pas de disjoncteur, juste un fusible "ligne").

Le mécano va au bureau du chef de service, et demande à être mis en relation avec le régul Sous Stations.

Et celui-ci lui affirme qu'il y a du jus dans cette section de ligne, et que le défaut ne vient pas de chez lui, et qu'il (le mécano) ferait mieux d'affiner son dépannage, et que ca commence à s'empiler sévèrement derrière !

Le mécano manceau piqué au vif dans son orgueil professionnel, replonge avec encore plus d'application dans son dépannage... et rien ! Le verdict est toujours le même : absence de tension ligne !!!

Retour dans le bureau du chef de service qui commence à être submergé par la clientèle râleuse (déjà à l'époque !) et les sonneries des téléphones (PN gardé qui demande l'autorisation de rouvrir, le régul, etc.) Recontact avec le régul SS, et des noms d'oiseaux qui commencent à fuser... ambiance, ambiance !!!

Puis le mécano, pris d'une inspiration subite, sort de la gare, et observe de loin son train... et comprend !

Reretour au bureau du chef de service, où le mécano rédige sa demande de secours en gare, ceci dans une grande sérénité personnelle : il était "dédouané".

Avec une Budd, une DDS était un cauchemar, parce qu'équipée d'un attelage automatique Boirault "Compact" et démunie de tampons, donc obligation de demande de secours par l'avant, avec un dispositif spécial pour se raccorder sur l'attelage Boirault.

Bilan : 4 heures de retard, un B...... assez sympa sur la voie 2 (organisation de VUT inopinée, organisation de la demande de secours par l'avant, etc. !!)

Mais pourquoi ?????

Réponse : les pantos des deux Z 3700 étaient en butée... à 5 cm de la caténaire, la voie 2 avait été trop abaissée à cause du RVB, par l'enlèvement du vieux ballast sous la voie !

le Chef de District responsable du RVB se prit une demande d’explication soignée...
la logique et le chemin de fer sont deux choses bien distinctes qu'il ne faut pas mélanger

ImageImage

28 sept. 2015
22:13
 
 
seb91
Modérateur

Re: Histoires de Conducteurs

Ah c'est bon ça ! :P

A l'époque actuelle on entendrait plutôt un "normal ... c'est le privé qui a fait le RVB ..." :roll: :roll:

28 sept. 2015
22:21
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Même réalisé par les entreprises privés, les chantiers restent sous la supervision des service de la SNCF (ou de RFF)
ex Conducteur TGV - jeune retraité

29 sept. 2015
10:19
 
 
Avatar de l’utilisateur tram21
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

cette mésentente entre Régulateur et conducteur me fait penser à une autre histoire :

Lors de la grande tempête de l'hiver 1999, un collègue de Besançon a eu une histoire un peu semblable :

Alors qu'il descendait de Vallorbe vers Dijon et Paris avec le premier TGV Lausanne Paris du matin, tout allait bien : départ bien à l'heure, tout baigne, passage à Mouchard à l'heure, Arc et Senans, idem. Puis, juste avant Chatelet-Chissey, disjonction, et plus de jus à la caténaire !

Appel du régul par la radio, verdict du régul SS : y a du jus ! Donc avarie de la rame, mais quoi ???

Voilà le collègue plongé dans le guide de dépannage, et que je te change de cabine, de rame (il avait deux rames en UM), et que je te teste tout ce que je peux... et rien !

Rere rappel du régul SS qui affirme que y a du jus, et que c'est lui qui est un mauvais !

J'étais en voyageur sur un autre TGV planté en gare des Laumes, où celui-ci se balançait dans les rafales de vent, les pancartes "Les Laumes" volaient sur le quai, et le chef régul de Dijon m'appelle pour me demander si la lampe "autorisation fermeture", sur un TGV, confirme ou non qu'il y a du jus ; ce qui n'est pas le cas, puisque cette lampe indique seulement que la pression d'air est suffisante pour fermer les DJ. Un peu dépité de ma réponse, il repart vers ses occupations...

La réponse de cette histoire, je ne l'ai eu que quelques temps plus tard, lorsque je vis le collègue dijonnais qui était en voiture sur ce TGV en carafe : alors qu'ils étaient en train de courir dans tous les sens autour des deux rames pour chercher qu'est-ce qui pouvait bien merder, ils croisent un véhicule des pompiers, et ceux-ci leur expliquent que c'est bien normal qu'ils (le TGV) n'aient pas de jus : à plus de cinquante bornes à la ronde, plus personne n'a de jus, des pylônes EDF ont été couchés.

Suite à cette tempête qui fit tant de dégâts, le PC sous station s'aperçut que, en cas de rupture d'alimentation EDF, ils n'avaient plus d'information sur l'état des disjoncteurs des sous stations : pour sûr, la lampe était éteinte, au TCO du PC SS, mais pas parce que le DJ correspondant était fermé, mais bien parce qu'il n'y avait plus aucune alimentation EDF sur place !!!

Moralité : les PC continuent de prendre les mécanos pour des mauvais !

Le pire, c'est que le chef du PC SS a eu beaucoup de mal à reconnaître que le défaut venait de chez lui, et pas de l'incompétance supposée du mécano ; quant aux excuses pour le mécano... Il attend encore !

Et pour lui, la journée n'était pas finie : pose de l'attelage de secours sur le TGV, aide aux voyageurs qui sont transbordés par car, aide au mécano du 66000 venu lui porter le secours pour détordre la rambarde qui s'était mangé un arbre à Grand Contour, bref une super journée, avec une fin de service très largement "bouffée" ; mais je crois que ce jour-là, beaucoup de cheminots ont souffert sur le terrain, à déblayer, réparer, découper des arbres, rétablir des câblages arrachés, etc.

Un grand coup de chapeau pour eux tous. :wink:
la logique et le chemin de fer sont deux choses bien distinctes qu'il ne faut pas mélanger

ImageImage

18 dc. 2015
17:34
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Je reviens quelques années en arrière, probablement fin des années 90 (là j'ai du mal a le situer)

J'assure un TGV pour Montpellier avant l'ouverture de la LGV Med et je rentre sur la LGV a Combs-la-ville, Nous venons tout juste de partir de Paris-Lyon et je suis a la hauteur de Bercy, lorsque la porte de la cabine s'ouvre et un homme, vêtu d'une blouse bleue entre et me pose la question a laquelle je ne m'attendais pas
- Tu gares a Villeneuve ?
Je le regarde et je reconnais probablement un jeune agent du matériel de la porte 160 de Paris-Lyon (a l'époque ils intervenaient pour de petites réparations et le relevé des anomalie portées au carnet de bord). De suite je comprends la situation; il était en train de faire ces relevés lorsque la rame est partie en service commercial vers Montpellier et comme je suis joueur et que je peux le laisser n'importe où jusqu'a Combs, je décide de "jouer" un peu, il n'y aura pas de conséquences mais la prochaine fois je suis sur qu'il fera attention.
- Non, aujourd'hui, je gare a Arene
Il s'assoit et au bout de quelques secondes me demande
- Arene ? c'est où ?
- Juste après la gare de Montpellier

C'est un émotif, je le vois pâlir d'un coup
- Mais, je ne peux pas aller a Montpellier, je dois travailler, mon chef va me sacquer, je viens juste d'etre muté
- En effet il y a un problème ...

Il est tout blanc, là je décide d'arreter la blague car il l'a vie assez mal
- Bon, ne t'affole pas je vais m'arreter avant d'entrer sur la LGV et tu reprendras une banlieue pour retourner a Paris
- On ne peut pas arréter un TGV comme ça
- Si, si, tu va voir c'est très facile ...

Là, j'appelle le régul pour l'aviser
- Régulateur, TGV xxx, je vais m’arrêter a Villeneuve St George pour laisser un passager clandestin
- Tu t’arrêtes pourquoi ???
- Nous sommes partis avec un agent du matériel dans une motrice, il pourra retourner sur Paris
- D'accord tu t'arretes a Villeneuve
Arret a VSG, descente de l'agent, et retour a la normale vers Montpellier. Je pense qu'il a du s'en souvenir quelque temps ...
ex Conducteur TGV - jeune retraité

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actus et Discussions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités