Histoires de Conducteurs

Parlez ici de l'actualité et discutez du chemin de fer.
15 fvr. 2016
22:35
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Où je n'ai pas tout compris (je relirai ton explication demain...), où ça ne me semble pas si compliqué mais en tout cas bien différent de ce qui se fait en France.

Je pense que tu peux avoir moins de taux de chutes de vitesse pour arriver a 50 ou ces taux sont tous nécessaires ?
ex Conducteur TGV - jeune retraité

16 fvr. 2016
10:59
 
 
laurentdu84
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Vinces a écrit:Où je n'ai pas tout compris (je relirai ton explication demain...), où ça ne me semble pas si compliqué mais en tout cas bien différent de ce qui se fait en France.

Je pense que tu peux avoir moins de taux de chutes de vitesse pour arriver a 50 ou ces taux sont tous nécessaires ?


Oui tu peux avoir une réduction de vitesse de 160 à 40 sur une seule section même. Le cas que j'ai expliqué est fort complexe, mais c'était pour illustrer tout ce que les signaux peuvent présenter.

22 fvr. 2016
12:18
 
 
Avatar de l’utilisateur tram21
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

la logique et le chemin de fer sont deux choses bien distinctes qu'il ne faut pas mélanger

ImageImage

02 mars 2016
17:32
 
 
11801
Nouveau Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Bonjour !

une grave question me turlupine... lors de longs parcours sans arrêt, comment cela se passe en cas de besoin urgent pour le mécanicien ? A-t-on déjà vu un train s'arrêter en pleine voie pour cause de petit besoin urgent ?

Merci aux connaisseurs d'éclairer ma lanterne.

03 mars 2016
01:56
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Question qu'on nous pose parfois. J'ai toujours essayer d'éviter trop de boisson avant de partir, mais si c'est nécessaire ça m'est déja arrivé de m’arrêter, dans ce cas on évite les zones a vitesse élevées car ce serait là qu'on perdrait le plus de temps, on peu aussi profiter d'un arrêt sur signaux fermés
ex Conducteur TGV - jeune retraité

03 mars 2016
13:43
 
 
11801
Nouveau Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Merci pour ces infos. Dans de cas d'un arrêt imprévu de ce genre, doit-on aviser le régulateur ?

03 mars 2016
18:09
 
 
Avatar de l’utilisateur Francomtois 64
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Voila une réponse en gare de Pau :lol:

Image
PIERRE. Francontois d'origine Bearnais d'adoption supporter du FC SOCHAUX

http://www.youtube.com/user/francontois64?feature=mhw4

04 mars 2016
11:54
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

11801 a écrit:Merci pour ces infos. Dans de cas d'un arrêt imprévu de ce genre, doit-on aviser le régulateur ?

Si tu décide de t'arreter uniquement pour cette raison, oui qu'il sache pourquoi tu perds un peu de temps, si tu profites d'un arret sur signaux, non
ex Conducteur TGV - jeune retraité

04 mars 2016
18:42
 
 
11801
Nouveau Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Merci ! Et sympa la photo en gare... et dire qu'il pensait être discret...

25 aot 2016
14:59
 
 
Avatar de l’utilisateur 8uhr
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Salut à tous !

Le sujet "Des Pignes et des Vapeur" de Florent me rappelle ce souvenirs :

C'est durant l'été 2003, en vacance alors sur la côte d'Azur, je décide d'aller à Annot via, justement les Chemin de fer de Provence, depuis Sainte Maxime, en face de Saint Tropez. Sainte Maxime Saint Raphaël Valescure en bus, puis trajet en train de St Raphaël à Nice en train. Le train était assuré par une ZTER 2N PG, je ne me souviens plus si c'était une UM. Le trajet s'effectue en cabine avec le conducteur super sympa. Je vois défiler la côte d'Azur sous une très belle lumière matinale !
Arrivé à Nice SNCF, je quitte mon train et je me dirige à la gare de Nice CP, en passant devant l'horrible spectacle qu'offrait la Gare du Sud à ce moment-là. :mur: Première constatation : quel calme, par rapport à Nice SNCF ! Ayant un peu de temps devant moi, mon train partant une ou deux plus tard, je profite pour prendre quelques photos du matériel moteur présent en gare.
Puis le moment du départ vient ! Je prends place à la première place, derrière le poste de conduite, coté fenêtre ! Je vais pouvoir profiter du spectacle de la conduite et des paysages. De ce coté-là, j'ai été gâté. Passé la banlieue de Nice, l'autorail s'engage dans de beaux paysages, avec la montagne et le Var, tout cela étant superbe. On n'était vraiment dans l'ambiance d'un chemin de fer à voie métrique : les tac tac des roues sur les rails, le train qui danse. Le plaisir était là !
Arrivé à Annot : photos de la gare et je profite d'une petite visite du village, mais qui prendra plus de temps que prévu ! En revenant vers la gare, j'entends un train qui passe, je regarde ma montre et … Mince, c'était le train qui devait me ramener à Nice !
j'arrive à la gare, et je vois sur les voies de service un train stationner, je me rends au guichet, explique ma situation au guichetier. Il me dit qu'il y a un train spécial, celui qui est garé sur les voies de service, qui va partir sous peu ! Il me précise que je n'aurais qu'à le prendre, mon billet serait valable pour ce train-là.
le retour fut fait dans train-là, avec un bon souvenir ! le Train était composé, à mon souvenir, d'un des tracteurs T60 avec les 3 remorques XR 1340.
De retour à Nice CP, je fonce pour prendre le premier train à la gare SNCF. Mais le voyage Nice St Raphaël fut peu confortable : au frais mais debout, dans le fourgon d'une B6Du en livrée TER. Mais j'avais passé une très belle journée, et fait de belles photos !
Arthur / 8Uhr ou Acht tur, adhérent de l'APF, présent aussi sur flickr
Visitez mon site web sur le train de nuit Paris Briançon !

Tchou Bye

05 dc. 2016
20:01
 
 
Heph
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Salut à tous,

Une petite histoire vécue tout récemment, alors que je rentrais "EV" (en voiture, c'est à dire en voyageurs) avec un collègue. Nous étions juste derrière la cabine avant, quand nos discussions furent interrompues par un grand "BAOUM"... Nous avions tapé quelque chose mais quoi ? Le conducteur titulaire n'ayant rien vu, il stoppe notre circulation, les trains croiseurs et demande notre assistance.

Pendant qu'il lance les avis utiles et fait ses procédures, le collègue et moi partons à la visite du train et de la voie. Sans grande surprise le carénage frontal au bas de l'AGC est enfoncé et des traces de "viande" sont visibles mais non reconnaissables. Dans ce cas il faut en avoir le coeur net et c'est avec une certaine appréhension que nous commençons à remonter la voie dans une nuit d'encre et pluvieuse. Au bout de 500m environs nous trouvons des morceaux ensanglantés... et poilus ! Plus de doute il s'agit de gibier, et c'est avec soulagement que nous continuons notre ballade pour être sûr qu'un gros morceau n'obstrue pas encore la voie.

A la lueur de la lanterne nous apercevons alors ce qui semble être un gros morceau, mais il s'avère que ce gros morceau a les yeux ouverts et respire ! Un bon gros sanglier, certainement compagnon du suicidaire, nous fixe... Même si celui-là semblait prostré, un sanglier, à fortiori blessé, n'est pas à prendre à la légère. Ni une ni deux nous décampons et informons le collègue de la mauvaise idée qu'il aurait d'aller voir à son tour !

Il a encore fallu terminer le carénage de l'AGC à coups de pieds avant de pouvoir repartir, et d'avoir une histoire sympa à raconter à la machine à café. ;-)

Yannick

06 dc. 2016
13:14
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Il faut se méfier en effet des sangliers, il y a quelques années un collègue dans une situation similaire avait été "chargé" par les survivants, il s'en étais sorti sans dommage en plongeant dans un fossé
ex Conducteur TGV - jeune retraité

12 dc. 2016
11:25
 
 
laurentdu84
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Bonjour,

Votre histoire de sangliers me rappelle quelque chose. Bon cette histoire m'a été racontée par des sources sûres mais par conséquent je ne dispose pas de tous les détails.

Il y a quelques années ( je dirais 10 ans environ ) un conducteur circule avec un train de marchandises vers Aachen West en provenance de Belgique et franchit les nombreux ouvrages d'art qui se situent sur la ligne 34 ( viaducs, tunnels ). Alors que tout allait bien, ces deux machines diesels rendent l'âme dans la côte, l'arrêt au milieu du plus long tunnel est inévitable. Evidemment pas de réseau GSM à l'époque, ne parlons même pas de la RST, bref la galère. Le conducteur décide donc de sortir à pied du tunnel pour essayer de prendre contact avec quelqu'un. Au moment où il ouvre la porte de la machine muni de sa lampe de poche que ne fut pas sa surprise, une invasion de rats prêts à lui faire sa peau, d'après ses dires il y en avait des milliers. Il décide donc d'attendre un petit peu et de retenter l'expérience quelques minutes plus tard. Et quelques minutes plus tard le phénomène fut encore pire. Le voilà donc bloqué en plein milieu d'un tunnel sans moyens de communication par des milliers de rats.
Il décide donc de faire clignoter ses phares et quelques heures plus tard vint le train croiseur, mais si pour lui il était en rampe, l'autre était en pente, et une fois les phares clignotant aperçus, même avec un freinage d'urgence l'arrêt des autres machines se fut bien en "aval" et donc trop loin du conducteur bloqué.
Comme le veut la procédure l'autre CT décida de se rendre auprès du conducteur qui avait requis de l'aide, mais évidemment qu'elle ne fut pas sa surprise, une invasion de rats l'empêcherent de descendre a son tour. Heureusement il comprit le problème de l'autre conducteur et repris la marche jusqu'à la sortie du tunnel pour joindre des responsables. Ceux ci ordonnèrent au train suivant l'arrêt à hauteur de la porte de la machine avec sa machine afin de permettre au conducteur bloqué de s'échapper ainsi que l'envoi en urgence d'une machine en queue du train incriminé.
Finalement le conducteur plus de 5 heures après sa mésaventure fut secouru et laissa un train de plusieurs milliers de tonnes non immobilisé en pleine rampe (à l'exception du frein à vis de la machine mais bon ça ne retient pas non plus 2000 T et du frein automatique qui est épuisable).
Mais par chance ces wagons avaient des distributeurs relativement étanches et le train ne bougea pas jusq'uà l'arrivée de la machine de secours de l'autre côté ( le train dégageait heureusement de l'autre côté et était à l'extérieur du tunnel).

Tout est bien qui fini bien...

C'est après cet incident que les postes de signalisations frontaliers furent priés de s'inquiéter d'un train parti 5 heures plus tôt et qui au lieu d'arriver dans les 30 minutes n'arrivait pas. (car PERSONNE) ne s'en est soucié !

12 dc. 2016
14:05
 
 
Avatar de l’utilisateur Vinces
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

C'est surtout le denier point qui est assez curieux, que personne ne se soit inquiété d'un train avec autant de retard
ex Conducteur TGV - jeune retraité

13 dc. 2016
12:03
 
 
laurentdu84
Membre

Re: Histoires de Conducteurs

Vinces a écrit:C'est surtout le denier point qui est assez curieux, que personne ne se soit inquiété d'un train avec autant de retard


Oui tout à fait, après cet endroit est quasiment à la frontière entre l'Allemagne et la Belgique, et il doit manquer des détails vu que ça m'a été raconté et surement légèrement transformé...

PrécédenteSuivante

Retourner vers Actus et Discussions

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités